topblog Ivoire blogs

27/07/2011

"Livres et Plaisir de lire"

Discours de Mme Kokora, responsable du CDI du lycée classique d'Abidjan à l'occasion de la présentation des activités des membres du Club : "Livres et Plaisir de lire". L'Association Akwaba Culture a offert un carton de livres au club Livres et Plaisir de lire à cette occasion.


Monsieur le Proviseur du Lycée Classique d’Abidjan,

Monsieur le représentant de l’ONG Akwaba Culture,

Madame la représentante de Cercles Editions,

Mesdames et messieurs les écrivains, (hommes et femmes de la plume, que dis-je, du clavier digital),

Madame la Directrice de librairie Arté’Lettres,

Mesdames et messieurs les professeurs et toute l’équipe éducative,

Honorables invités,

Chers élèves,

Il n’y a pas très longtemps, Dee Lee, un américain de race blanche affirmait sur les ondes d’une radio de son pays : « Les noirs ne lisent pas et resteront toujours nos esclaves… Ils peuvent lire n’importe quel livre en rapport avec leurs efforts de lutte pour la liberté, mais ils refusent de lire ».

D’aucuns diront que cet homme raconte n’importe quoi. Cependant, honorables invités, ne nous voilons pas la face : ce monsieur a insulté tous les kémites, qu’ils soient d’Afrique ou d’ailleurs. Quelqu’un d’autre aurait même affirmé que l’endroit le plus sûr pour cacher quelque chose à un africain c’est dans un livre !

Cela nous amène à nous poser les questions suivantes : pourquoi faisons-nous de la résistance face au livre ? Est-ce une manière de rejeter l’homme blanc, symbole de l’oppression ?

Ou bien devons-nous imputer cette résistance à notre culture de l’oralité qui, nous le savons tous, est en passe de devenir une vue de l’esprit vu notre manque d’intérêt pour tout ce qui concerne nos traditions? Ou alors, devons-nous imputer notre désintérêt pour le livre à la cherté de la vie ? Répondre par l’affirmative à cette question reviendrait à faire un faux procès au livre.

 En effet, malgré la cherté de la vie nous nous offrons des vêtements de luxe, nous offrons toutes sortes de gadgets de dernière génération à nos enfants à noël, aux anniversaires et j’en passe. Le livre, c’est pour l’école pense-t-on. Et encore !

Force est de reconnaître que tant que nous tiendrons les livres à distance, et que nous les verrons comme des objets de décor dans nos salons et que nos seuls contacts avec eux se limiteront à la lecture froide, insipide et intéressée des seuls manuels scolaires et des œuvres au programme, nous resterons effectivement les esclaves des caucasiens et ce, sans effort de leur part pour citer M. Dee Lee.

C’est pourquoi, « Livres et plaisir de lire » est né d’un rêve : celui d’amener les jeunes du lycée classique d’Abidjan, et de la Côte d’Ivoire tout entière à apprendre à aimer les livres, à les humer comme on hume des parfums qui exhalent des effluves dont leur esprit se délectera. Or, les parfums sont souvent synonymes de passions.

« Livres et plaisir de lire » est un petit groupe d’amoureux du livre.

Nous rêvons de faire des passionnés du livre et de la lecture pour briser les chaînes de la servitude de l’ignorance pour qu’enfin libres,  les jeunes, les adultes de demain, puissent extraire tous les trésors et toutes les richesses cachées dans les livres, avec à la clef du plaisir.

Alors, dans les cours de récréation, les « garbadrômes » et les allocodrômes », et partout où se retrouveront des jeunes l’on partagera aussi le plaisir de lire.

 C’est seulement ainsi que les Dee Lee se tairont définitivement.

Vive le livre, vive la lecture ! Vive le plaisir de lire !

Je vous remercie.

Les commentaires sont fermés.